Vie monastique

Au cœur de l’Évangile

Construire l’unité de sa vie autour du primat de Dieu : tel est le principe qui anima l’expérience de saint Benoît (VIème siècle) dans sa radicalité et qui confère son équilibre au style de vie des monastères qui suivent sa Règle.

Une vie simple, sobre, filiale et fraternelle, qui tend à déployer toutes les virtualités de la grâce reçue au baptême.

C’est l’amour du Christ qui nous a rassemblées, chante la Communauté lors de la réception d’une novice. Dans la stabilité voulue par saint Benoît et sous la conduite maternelle d’une Abbesse (ou d’une Prieure) élue à vie -qui, aux yeux de la foi, tient la place du Christ- les moniales, animées par une même recherche de Dieu, forment une communauté fraternelle unie par le lien de la charité.

Tout sera commun à tous déclare saint Benoît, et la vie quotidienne requiert et favorise, avec le don de soi, le sens de la miséricorde et de la gratuité.

Ainsi, dans la famille monastique, tout est établi en vue de la croissance de la charité : l’obéissance qui convient aux disciples qui n’ont rien de plus cher que le Christ, l’humilité, le silence, le service mutuel, le travail, la détente.

Mystère de solitude et de communion,
la vie monastique est une école de foi.

Pour en savoir plus sur la vie monastique à l’école de saint Benoît, cliquez ici.

Porche église