L’apparition de la Vierge Marie

L’APPARITION DE LA SAINTE VIERGE MARIE

Le 10 août, fête de Saint Laurent, de l’an 1519, la Vierge Marie accompagnée de saint Michel l’Archange et de saint Bernard, apparut dans les champs à un homme très pieux, nommé Jean de la Baume, et lui commanda de dire, de sa part, au clergé et à la Communauté de Cotignac, qu’ils allassent en procession, sur le Mont Verdaille, et qu’ils y bâtissent une église, sous le vocable de Notre-Dame de Grâces, pour autant qu’elle voulait faire plusieurs grâces et faveurs à ceux qui l’invoqueraient en ce lieu… (Honoré Bouche, Histoire de la Provence).

L’apparition se renouvela le 11 août. Le 14 septembre, jour de la fête de la Sainte Croix, la Communauté procéda à la pose de la première pierre de la chapelle. Dès lors, le nombre des pèlerins s’accrût et, parmi les nombreux miracles accordés par la Mère de Dieu, il faut compter la venue au monde de Louis XIV, pour cela appelé « Dieudonné ».

En effet, après 22 ans de mariage, en 1637, le couple royal, Louis XIII et Anne d’Autriche, restait sans héritier. Situation dramatique pour une monarchie héréditaire. Et voilà que dans la nuit du 3 novembre 1637, à un religieux des Augustins de Montmartre, le Frère Fiacre, apparaissait par trois fois, la Vierge Marie, tenant en ses bras un enfant qu’elle disait être le Dauphin.

Elle lui montra l’intérieur de l’église de Notre-Dame de Grâces à Cotignac, ainsi que, sur le maître-autel, le tableau à son image et lui dit que la France aurait un héritier du trône, si la reine faisait célébrer trois neuvaines de prières, à Notre-Dame de Grâces de Cotignac, à Notre-Dame de Paris et à Notre-Dame des Victoires à Paris.

Ne pouvant aller immédiatement en Provence, le Frère Fiacre fit à Paris les trois neuvaines dont la dernière se termina le 5 décembre 1637 : exactement neuf mois après, naissait le Dauphin.

Lorsqu’au mois de février 1638, le Frère Fiacre et son Supérieur, envoyés par Louis XIII, s’acquittèrent à Cotignac de l’accomplissement de la neuvaine telle qu’elle avait été demandée, un fait manifesta l’authenticité de l’apparition du 3 novembre : le tableau montré par la Vierge Marie au Frère Fiacre n’était pas sur le maître-autel. Celui-ci s’en étonna et on lui répondit : le tableau que vous cherchez a été descendu depuis peu dans la sacristie où nous l’avons mis. Le tableau miraculeux existe toujours à Notre-Dame de Grâces.

Par l’intercession de la Mère de Son Fils, Dieu avait montré son amour de prédilection pour la France en lui donnant un Dauphin. Par l’apparition, le 7 juin 1660, de Saint Joseph, époux de Marie, et père nourricier de Jésus, il le confirmait. Le 7 juin, jour plein de signification !

À lire aussi…