Un peu d’histoire

Sceau

À leur retour d’Algérie en 1975, les Bénédictines de Médéa souhaitant établir leur monastère en terre de Provence, berceau de la première évangélisation de la France, et, au IVème siècle, des premières fondations monastiques, ont préféré à tout autre

le site de Saint-Joseph du Bessillon,

ce haut lieu de la piété provençale qui y commémore l’apparition de saint Joseph, le 7 juin 1660, à un berger mourant de soif, Gaspard Ricard, pour lequel il fit jaillir une source, toujours vive, symbole des grâces attachées à ce lieu.

Statue St Joseph apparition

Les Bénédictines ont voulu acquérir le sanctuaire construit à l’endroit même de l’apparition, et, malgré l’état d’abandon où il se trouvait alors, relever les murs du couvent attenant au sanctuaire, point de départ de la construction de leur nouveau monastère.

Attentives aux affinités spirituelles de saint Joseph, chef de la Sainte Famille, et de saint Benoît, père de la famille monastique, elles les voient tous deux enveloppés d’humble silence en la présence de Dieu.

Benoît Conxolus

Cotignac, terre sainte du haut pays varois, dans le diocèse de Fréjus-Toulon, voit ainsi refleurir la vie religieuse sur les lieux qui furent jadis témoins d’événements importants pour la France depuis l’érection du sanctuaire de Notre-Dame de Grâces après l’apparition de 1519, sanctuaire lié :

  • au vœu de Louis XIII,
  • à la naissance de Louis XIV
  • et au pèlerinage du même Louis XIV, le Roi-Soleil qui, l’année suivant l’apparition, décréta jour chômé pour tout le royaume la fête de saint Joseph, le 19 mars.

À lire aussi…